La Maison de Chateaubriand

Voilà presqu'un an que nous avons emménagé de l'autre côté du périph', là où les trottoirs sont roses et sans crottes de chien (ou presque). Ici, nous avons la chance d'être encerclés par la verdure, ce qui nous manquait cruellement à Paris. 

A quelques pas de chez moi, se trouve la Maison de Chateaubriand, dans le parc de la Vallée-aux-Loups. Je l'ai visitée une première fois lors des dernières Journées du Patrimoine, je suis tombée sous le charme de cette maison romantique qui m'a tout de suite fait penser au musée de la Vie Romantique à Paris. Et puis le Conseil Départemental des Hauts-de-Seine m'y a conviée à nouveau, à l'occasion de la sortie d'un webdocumentaire sur "Chateaubriand et le Moyen-âge", cette fois-ci de nuit, et avec une visite guidée en prime.

Grâce à cet évènement, j'ai le plaisir de vous offrir une dizaine de pass valables pour 2 personnes, pour une visite guidée ou libre de la Maison de Chateaubriand et de son parc (valables jusqu’au 31 décembre 2016). Il vous suffit de mettre un petit commentaire en bas du post.

 

L'histoire de la maison

A l'origine, la Vallée-aux-Loups est peuplée comme son nom l'indique par les loups, mais aussi par les cerfs, chevreuils, et sangliers. Ces terres sont acquises en 1683 par Jean-Baptiste Colbert, ministre de Louis XIV, pour alimenter en eau le parc de son Château de Sceaux. (A propos de Colbert, si vous ne connaissez pas encore, je vous conseille la série Versailles ! Je l'ai dévorée :) Et en plus la série est tournée en grande partie à Sceaux.)

Chateaubriand achète le domaine en 1807 et s'installe avec son épouse Céleste dans ce qui n'est alors qu'une maison de jardinier. Pendant plus de dix ans, il transforme cette simple maison en une véritable demeure, un havre de paix où il peut se consacrer pleinement à l'écriture. Il y écrit les Mémoires de ma vie, première ébauche des Mémoires d'Outre-tombe et poursuit sa carrière politique avant d'être rayé de la liste des ministres d'état à la suite de ses prises de position. A court d'argent, l'écrivain est contraint de quitter sa demeure en 1818.

 

▼ ▼ ▼   A l'intérieur de la maison   ▼ ▼ ▼

La Maison de Chateaubriand

▼ ▼ ▼   Au rez-de-chaussée   ▼ ▼ ▼

 

Le Grand Salon (ancienne salle à manger de Chateaubriand)

Cette pièce est tendue d’une perse Braquenié identique à celle du début du XIXe siècle. Le mobilier Charles X en érable moucheté marqueté d’amarante (fauteuils gondole, deux rares consoles jardinières…), ainsi que les divers objets d’art, évoquent l’attachement de Chateaubriand aux Bourbons. La parure de cheminée en opaline bleue a appartenu à la duchesse de Berry.

La Maison de Chateaubriand

La salle à manger (ancien salon de Chateaubriand)

Cette pièce évoque les soirées données par l’écrivain et son épouse Céleste pour leurs amis. Chaque année, le 4 octobre, jour de sa fête, Chateaubriand commémorait par un dîner son arrivée à Jérusalem en 1806.

La Maison de Chateaubriand

Le grand escalier

Chateaubriand installe dans sa maison un magnifique escalier de bateau à double branche.

La Maison de Chateaubriand
La Maison de Chateaubriand

Le jardin d'hiver

Cette pièce occupe une partie de l’aile Montmorency, érigée en 1820.

La Maison de Chateaubriand

Affiche de la vente par adjudication le 21 juillet 1818

Confronté à des difficultés financières, Chateaubriand se voit dans l'obligation de vendre le domaine. La mise à prix est de 50 000 francs et la propriété est acquise par le duc Matthieu de Montmorency qui n'enchérit que de 100 francs pour emporter l'affaire. Il meurt en 1826, et ne sera donc propriétaire que 8 ans. Lui succède son gendre, le vicomte Sosthène de la Rochefoucauld. Resté en possession de la famille de la Rochefoucault jusqu'en 1914, le domaine est ensuite acheté par le docteur Le Savoureux qui y installe le siège de la Société Chateaubriand. Classé en 1939, le site est acquis en 1967 par le département des Hauts-de-Seine qui, en collaboration avec le Conseil régional d'Ile de France, procède à d'importants travaux de restauration. 

La Maison ouvre au public en juin 1987.

La Maison de Chateaubriand

▼ ▼ ▼   A l'étage   ▼ ▼ ▼

La Maison de Chateaubriand
La Maison de Chateaubriand
La Maison de Chateaubriand

La chambre de Juliette Récamier

Autrefois, sans doute, chambre de Céleste de Chateaubriand, cette pièce est occupée par Juliette Récamier lors de ses séjours à la Vallée-aux-Loups entre 1818 et 1826.

Madame Récamier est indissociable de Chateaubriand. Il la rencontre en 1801 chez madame de Staël, et ne la retrouve que 16 ans plus tard. Il noue alors une liaison amoureuse avec elle, une relation pas toujours au beau fixe, mais qui durera malgré tout jusqu'à la mort de Chateaubriand en 1848. 

La Maison de Chateaubriand
La Maison de Chateaubriand

La chambre de Chateaubriand

Grâce à l’inventaire de 1818, cette pièce a retrouvé un décor aussi proche que possible de celui que connut l’écrivain, et s’inspire également de la chambre de la rue du Bac où il mourut.

Sur la cheminée, une pendule néogothique suggère le goût pour le Moyen Âge dont Chateaubriand fut l’un des introducteurs en France.

Au sol, le parquet Versailles est celui d’origine.

La Maison de Chateaubriand

La bibliothèque de la maison

La Maison de Chateaubriand est dotée d’une riche bibliothèque consacrée à l'écrivain et, plus largement, au romantisme.

Aménagée en 1987 sur deux niveaux (salle de lecture et mezzanine), elle accueille des conférences-débats, des lectures et des ateliers.

La Maison de Chateaubriand

▼ ▼ ▼   Le parc   ▼ ▼ ▼

 

L’écrivain porte une attention toute particulière à son parc et plante lui-même des espèces parfois rares lui rappelant ses souvenirs de voyage : cèdre du Liban, platane de Grèce, cyprès chauve de Louisiane, tulipier, catalpa, hêtre pourpre... « J’allais muni d’une paire de sabots, écrit-il dans les Mémoires d’outre-tombe, planter mes arbres dans la boue, passer et repasser dans les mêmes allées, me cacher partout où il y avait une broussaille, me représentant ce que serait mon parc dans l’avenir ». 

C’est dans le parc également que se trouve la Tour Velléda, où Chateaubriand installe son bureau et sa bibliothèque.

Dans les allées, des livres sont mis à disposition des promeneurs. J'ai trouvé l'idée très sympa.

La Maison de Chateaubriand
La Maison de Chateaubriand
La Maison de Chateaubriand
La Maison de Chateaubriand
La Maison de Chateaubriand

▼ ▼ ▼   L'orangerie   ▼ ▼ ▼

 

Celle-ci est créée à l'époque du duc de Montmorency. Aujourd'hui, y est installé un charmant salon de thé "Les Thés Brillants". Je ne l'ai encore pas testé mais ça ne saurait tarder.

La Maison de Chateaubriand
La Maison de Chateaubriand

Je vous conseille vraiment de venir voir cette belle maison, à quelques kilomètres de Paris seulement. Les environs, j'en parlerai plus tard, valent le détour également ! Je pense à l'arboretum, au jardin de l'Île Verte, et évidemment au parc de Sceaux. Alors n'hésitez pas à laisser un petit commentaire, j'enverrai aux plus rapides une contremarque valable pour deux personnes. Et sinon, l'accès est gratuit les premiers dimanches du mois, c'est-à-dire ce dimanche ! 

La Maison de Chateaubriand

Domaine départemental de la Vallée-aux-Loups – Maison de Chateaubriand 

87 rue de Chateaubriand 

92290 Châtenay-Malabry 

 

http://maison-de-chateaubriand.hauts-de-seine.fr/

tél. 01 55 52 13 00

 

Voir sur une carte

 

Tarifs

Plein tarif : 4,50 €

Tarif réduit : 3 € (*)

Dimanches et jours fériés : 1,50 €

1er dimanche du mois : gratuit

Scolaires : 0,75 €

Gratuité (sur présentation d'un justificatif) : personnes handicapées, invalides civils, moins de 12 ans (gratuité étendue aux moins de 26 ans à partir du 1er février 2010), presse, étudiants, adhérents des associations des Amis du Musée de l'Île-de-France et de la Maison de Chateaubriand, agents du Département des Hauts-de-Seine en activité ou retraités

(*) Tarif réduit (sur présentation d'un justificatif) : demandeurs d'emploi, familles nombreuses, seniors à partir de 60 ans, moins de 18 ans (gratuité à partir du 1er février 2010), enseignants, militaires, carte 3692, groupes (les mardis et jeudis)

 

Horaires

Mars à octobre :

- du mardi au samedi : 10h-12h / 14h-18h

- le dimanche : 11h-18h

Novembre à février : du mardi au dimanche : 14h-17h

Fermeture : tous les lundis / du 1er au 15 janvier inclus / le 1er mai / le 1er novembre / le 25 décembre

 

Moyen d'accès

RER B : station Robinson (à 30 min de Châtelet-les-Halles) puis suivre itinéraire piétonnier fléché (environ 20-25 minutes à pied). 

Bus : 179 - 194 - 194a - 195 - 198 - 294

Bus Paladin ligne 11 : dessert les rues Eugène-Sinet, de Chateaubriand et l'avenue Jean-Jaurès (mis en place par la communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre)

Voiture : autoroute A86, sortie n°28 en venant de la Croix de Berny, Châtenay-Malabry - N 20

21 Comments